jeudi 23 décembre 2010

Les marocains revendiquent... un petit déjeuner !!



Quand la monarchie Marocaine impose l'usage d'une expression démocratique à ses sujets, en les travestissant en Sahraouis... il arrive parfois que cela se retourne contre elle !!

Manifestation organisée le 19 décembre 2010 par l'autorité marocaine au Port d'El Aaiun contre les militants espagnols.

Les manifestants marocains changent de cible et protestent contre l'organisateur, resté à l'abris sous la tente, qui leur a imposé d'être là sans même leurs donner un petit déjeuner et un dîner...

APSO Sahara, 23 décembre 2010.

samedi 18 décembre 2010

Deux poids, deux mesures

L’un des objectifs des Nations Unies est de faciliter la coopération dans les domaines du Droit et de la sécurité internationale, du progrès social et des Droits de l'Homme. Il y a quelques jours, nous avons pu voir comment les Nations Unies ainsi que toute la diplomatie internationale peuvent être efficaces dans le cadre d’une violation flagrante des droits des citoyens.

À l’issue des présidentielles en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo a refusé de laisser le pouvoir à Alassane Ouatarra, vainqueur des élections. Cette atteinte aux Droits en présence d’observateurs internationaux ainsi que les violences qui ont suivi ont entraîné une condamnation unanime de la part de la communauté internationale.

Toutefois, la réaction internationale n’est pas toujours aussi rapide dans la condamnation des atteintes au droit international ni aux Droits de l’Homme. Presque muette après les 35 ans d’occupation illégale du Maroc au Sahara Occidental, cette même communauté internationale, si véloce à défendre les Droits du Citoyen et à protéger les principes des Droits de l’Homme, n’a pourtant pas bougé il y a moins de deux mois lorsque les forces militaires marocaines ont détruit avec violence un campement pacifique de Sahraouis.

Le secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon a déclaré, il y a deux jours, que le maintien de Laurent Gbagbo conduirait à une « parodie de démocratie ».

Mais qu’en est-il de la démocratie marocaine lorsque des manifestants sont attaqués et arrêtés par des forces armées et leurs biens détruits ? Qu’en est-il de la démocratie lorsque les disparus se comptent par centaines et que les témoignages de torture des Sahraouis dans les lieux de détention de la police nous arrivent tous les jours ? Ban Ki-moon trouve inacceptable que les observateurs internationaux, journalistes et ONG, ne soient pas libres de travailler en Côte d’Ivoire, alors qu’à aucun moment il n’ai parlé du fait qu’aucun journaliste étranger ni membre d’ONG n’ai été autorisé à mettre le pied sur le sol du Sahara Occidental. Deux poids, deux mesures ?

L’Union Européenne ainsi que les Etats-unis se disent prêts à prendre des sanctions économiques et diplomatiques contre Gbagbo et ses proches. Par contre, sur la question sahraouie, le Conseil de l’Europe se cache derrière le fait que « le Sahara occidental est en dehors du champ d'application géographique du Conseil de l'Europe. En conséquence, l’organisation n'est pas directement impliquée dans les efforts internationaux visant à trouver une solution au conflit dans cette partie du monde. »

Pour Nicolas Sarkozy, "Ce qui se passe en Côte d'Ivoire est parfaitement inadmissible ». Le président français non seulement parle de sanctions, mais surtout fait de cette question un problème urgent à résoudre au plus vite. Lors de l’attaque des soldats marocains sur les civils sahraouis, la réaction n’a pas été aussi prompte et la seule action de la France a été d’utiliser au Conseil de Sécurité son droit de veto pour faire en sorte qu’une mission d’enquête indépendante ne soit pas envoyée sur place pour une investigation sur les derniers événements.

Protéger le Maroc et son roi à tout prix ? Pourtant Nicolas Sarkozy le dit : c’est « à lui de choisir quelle est l'image qu'il veut laisser dans l'Histoire. S'il veut laisser l'image d'un homme de paix, il est encore temps, mais le temps presse ». Une phrase que devraient aussi bien méditer Laurent Gbagbo que Mohamed 6.

Parfois, certains scrutins prennent aux yeux de la communauté internationale plus d’importance que d’autres. Entre les élections présidentielles de la Côte d’Ivoire et le référendum d’autodétermination de la dernière colonie d’Afrique, le choix semble avoir été fait.

APSO, le 18 décembre 2010.

vendredi 17 décembre 2010

Campements de réfugiés sahraouis : camps de prisonniers ?

Je ne suis pas de taille et je n'ai pas l'envie ni le temps de me dresser contre les discours officiels et partisans. Mais je ne peux rester insensible à certains propos écrits ou dits.
« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » disait Voltaire. Certains l’ont aujourd’hui bien compris.
Je ne peux parler que de ce que je connais, les camps sahraouis. Pour y vivre régulièrement depuis 3 ans. Les propos rapportés sont donc tous des témoignages directs.

Le fait d'avoir des prisonniers donne une légitimité d'humanité à celui qui les réclame. Certains ne se privent donc pas de les réclamer, à cor et à cri.
Les réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf ne sont pas prisonniers du régime algérien et d'une « horde de séparatistes », comme le scande l'organe de presse royal marocain MAP (Maghreb Arab Press). Il n'est que d'aller sur place pour se rendre compte que les « fidèles sujets séquestrés » sont des hommes et des femmes ayant fuit devant deux armées d’occupation (Marocaine et Mauritanienne) et se réclamant librement d'une République en exil depuis 35 ans.

Que l’on accède enfin à la requête marocaine. Les réfugiés sahraouis ne demandent pas autre chose que d’être visités, inspectés. Exigeons qu’ils le soient, dans les camps et de l’autre côté de ce mur miné, le plus long au monde. Qui en vérité refuse aujourd’hui la transparence des visites de commissions d’enquête et des médias ? Et en ce qui me concerne, je ne me suis jamais senti aussi libre et en sécurité qu’au milieu des réfugiés du camp d’El Ayoun.

S'il existe des prisonniers dans les camps, c'étaient des prisonniers militaires marocains, dont les derniers furent libérés en 2005. Quelques uns sont d'ailleurs revenus vivre dans les camps à la suite de l'accueil dont ils furent l'objet lors de leur retour au Maroc. J’ai parlé avec l’un d’entre eux, ancien de l’aviation marocaine, qui m’a fait comprendre qu’il avait été plus utile au Maroc prisonnier que libre et qu’on lui avait fait comprendre.

Autre polémique : Ces derniers mois, un sahraoui passé côté marocain et ayant choisi de revenir convaincre, naïvement ou d’une façon plus subtilement calculée ?, ses frères des camps du bien fondé de la proposition unilatérale marocaine a été arrêté lors de son retour vers les camps. Le Polisario avait rapidement consenti à sa libération à la demande d’une commission humanitaire. L’émissaire du Hcr, en charge de son raccompagnement par avion au Maroc, s’est vu notifier au tout dernier moment l’arrêt de cette mission et l’interdiction de cette remise en liberté par… les autorités marocaines. Là encore, l’homme était plus utile prisonnier que libre !

Les vrais prisonniers sahraouis sont au Sahara Occidental ou dans les prisons marocaines. Ceux des camps sont les otages de ceux qui souhaitent par intérêt que la situation perdure.

A la liste des quelques 500 disparitions forcées sous le règne de HassanII sont venus s’ajouter ceux de ces dernières années et de ces dernières semaines suite à la destruction du camp de Gdeim Izik.

Je vis dans ce monde surprenant où j’ai vu des femmes soulagées dans un premier temps d’apprendre que leurs maris allaient comparaitre devant des tribunaux d'exception parce qu’elles les croyaient blessés ou disparus, puis dans un second temps désespérées de les avoir vus méconnaissables. Un monde où j’ai entendu des déclarations d’ enfants réclamant qu’on libère leurs pères, emprisonnés depuis plus d’un an sans jugement, d’une mère en grève de la faim trouvant plus indispensable de se battre pour la justice et l’avenir de son peuple plutôt que de rester en vie pour ses propres enfants.

J’entends encore une jeune femme sahraouie, enseignant le français au camp d’El Ayoun, me dire sa joie d’avoir vue sa famille dans les territoires occupés pour la première fois de sa vie (dans le cadre des programmes d’échange entre camps et territoires occupés), me conter la surprise d’avoir vu une ville et l’océan également pour la toute première fois. Mais je ne pourrai oublier ses larmes lorsqu’elle conclu : Malgré les conditions de vie dans les camps, ici au moins nous sommes en sécurité, nous n’avons pas à souffrir des brutalités que j’ai vu là bas !

J’ai rencontré dans les camps un peuple exilé, souffrant et espérant contre tout, curieusement libre de pouvoir exprimer ce mélange d’humanité.

J’ai rencontré le Mandela d’Afrique du Nord, Mohamed Daddach, 26 ans de prison, Daffa, Dahane, Naciri, Tamek, Asfari , reconnus et récompensés comme défenseurs des Droits de l’Homme et non violents, et combien d’autres, tous emprisonnés et torturés qui de leurs seules voix d’hommes, bien mieux que Voltaire disaient :
« Témoignez, témoignez de la vérité. Pour qu’il ne reste ni silence, ni mensonges ! »

Le 16 décembre 2010, Jean-François Debargue

jeudi 9 décembre 2010

Journée mondiale des droits de l’homme, du travail pour la cour martiale marocaine

 
Au Sahara Occidental occupé, les autorités marocaines - dans la démesure destructrice commencée le 8 novembre 2010 - procèdent quotidiennement à l'enlèvement de militants sahraouis. Ceux qui ont vu et expliqué, ceux qui ont revendiqué que la vérité soit révélée, ceux qui disent leur opinion sont arrêtés dans la rue ou chez eux, par des hommes en civil qui usent de la force.

Les militants des droits de l'homme bien connus, des étudiants, sont traqués puis arrêtes, interrogés, euphémisme pour torturés, et transférés en prison ou gardés dans des lieux tenus secrets.

Parmi eux 18 déjà ont été conduits à la prison de Salé pour être passés devant la cour martiale. Le point commun pour ceux-ci, c'est d'avoir visité leurs familles aux campements de réfugiés, ou d'être soupçonnés d'avoir eu un rôle dans la coordination du campement de Gdeym Izik, que nombreux ont appelé en secret ou ouvertement, le camp de l'indépendance.

Les trois derniers Bachir Khada, Mohamed Tahlil et Hassan Dah sont arrivés hier, après avoir étés enlevés dans un cybercentre par des hommes en civil. Ils rejoignent 15 autres Sahraouis arrêtés depuis le 7 novembre 2010 : 
Naama Asfari, Abdallahi Lakhfawni, Banga Cheikh, Mohamed Bouryal, Laaroussi Abdeljalil, Bani Mohamed, Mohamed ElAyoubi, Taqi Machdoufi, Zayou Abderraman, Mohamed Lamin Haddi, Mohamed Bachir Boutenguiza, Sidi Abdalahi Abhaha, Abdallahi Toubbali, Husein Zaoui, Daich Daf.  

Le système répressif et judiciaire marocain n’a t il pas de mémoire, ni de jurisprudence ?

Cette cour martiale s'est déclarée incompétente à juger les défenseurs des droits de l’homme Brahim Dahan, Hammadi Nassiri, Ali Salem Tamec, arrêtes le 8 octobre 2009 à leur retour d'une visite aux campements de réfugiés sahraouis prés de Tindouf. Ceux-ci sont maintenant dans la prison d’Okacha à Casablanca et connaissent à nouveau l’isolement, les brimades et les privations de sorties.
Après plus d’un an d’emprisonnement abusif, pendant lequel ils ont connu la torture, et fait 41 jours de grèves de la faim pour protester de leur sort, la cour martiale les a renvoyés vers la justice civile. Le tribunal d’instance avait à la suite de cela, mis en scène deux simulacres de procès sans jugements ni conclusion, les 15 octobre et 5 novembre 2010, qui n’avaient été finalement que le théâtre du déchaînement de haine d’avocats marocains.

La prochaine comparution devant le juge des trois défenseurs des droits de l’homme dont deux ont reçu des prix reconnaissants leur valeur de grands militants pendant cette période de privation de liberté, aura lieu le 17 décembre 2010.

Il faut espérer qu’il ne faudra pas un an à la même cour pour se déclarer incompétente à juger les 18 Sahraouis militants des droits de l’homme qui viennent d'arriver, et donc le motif d'incarcération peut se traduire au choix par : visite familiale ou organisation d'un camping.

C'est aujourd'hui la journée mondiale des droits de l'Homme.
Au Sahara Occidental tous les articles de la déclaration universelle des droits de l’homme sont bafoués un par un.

La justice Marocaine s’attaque aux victimes, et ne punit pas les coupables, les militaires, policiers et civils marocains qui à force d’impunité n’ont plus aucune mesure de leur humanité.

Quant à l’évidence, il faudrait à chacun relire la déclaration universelle des droits de l’homme, il faudrait aussi universellement trouver le moyen de la faire respecter autrement que par des vœux pieux, et cela probablement par des pressions sur ce qui dirige actuellement le monde, les systèmes économiques.

La déclaration universelle des droits de l’homme, versions française et arabe.
http://www.un.org/ar/documents/udhr, http://www.un.org/fr/documents/udhr/index.shtml


APSO, 10 décembre 2010.


PS : Nguya Laouassi et Hayat Rgueibi, jeunes sahraouies militantes de 20 ans, maintes fois arrêtées et torturées pour leurs opinions, sont incarcérées depuis hier 9 décembre dans la prison noire de El Aaiun.


Déclaration Universelle des Droits de l'Homme
Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2
1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8
Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9
Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10
Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11
1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

Article 12
Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14
1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15
1. Tout individu a droit à une nationalité.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16
1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.
3. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat.

Article 17
1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Article 20
1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Article 21
1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23
1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24
Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25
1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26
1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Article 27
1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Article 28
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29
1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.


mardi 7 décembre 2010

Solutions marocaines, les impasses successives…

Le royaume est malmené par les Sahraouis depuis l'invasion barbare du territoire en 1975 et avant même ... Après la Nième démonstration de cela pendant tout le mois d'octobre, l'épisode violent et sanglant du 8 novembre n'a rien résolu.

Sans honte, le Maroc affirme le bilan du 8 novembre et des jours suivants. 11 morts militaires, et 2 civils sahraouis. Les civils sahraouis que l'on a attaqués avec l’armée, la gendarmerie, la police, les forces auxiliaires, les civils, les pompiers, du renfort et encore du renfort.... auraient été les plus forts, avec leurs pierres et leurs couteaux de cuisine. Le bilan est suspect mais affirmé sans complexe, comme pour mieux passer sous silence la raison de la mort des civils – qu'ils ne peuvent pas nier-, l’un sous la torture, l’autre écrasé délibérément et plusieurs fois par une voiture de police après avoir été éjecté du car de son entreprise, l'OCP.

Le roi doit agir… Et le roi agit, à grand renfort de phrases mécaniques de son agence de propagande, la MAP.
Il utilise la vieille méthode, la vieille croyance, pourtant inopérante. Pour contenter les Sahraouis, là-bas loin dans le désert, il faut mettre des leurs aux postes de dirigeants. À condition bien sûr que ceux-ci aient adopté les valeurs royales et perdu les leurs.
Il avait nommé Ahmadou Ould Souelm,un de ces Sahraoui « rallié », comme ambassadeur du Maroc en Espagne, et l’avait coincé dans un placard. Ce vieil atout va enfin entrer en fonction. Ahmadou Ould Souelm a choisi le Maroc il y a 20 ans, en 1991.
Le roi change aussi en grande pompe le gouverneur de El Aaiun. L’autre Sahraoui « Maraoui » qu’il nomme, Khalil Dkhil, n’a que peu goûté la saveur de la lutte pour la liberté puisqu’il a opté pour le Maroc en 1976. http://www.marocjournal.net/actualites-maroc/18567.html et http://www.marocjournal.net/actualites-maroc/18559.html

Autre technique, autre tactique. Les sahraouis veulent-ils du travail, 1300 postes sont promis à ceux qui ont des diplômes de haut niveau. Pour tous : des postes de fonctionnaires dans les administrations des villes du Maroc. Ministère de l’intérieur et d’autres. Disperser l’élite, l’éloigner, l’intégrer... D’autres postes sortiront d’un chapeau au détriment des marocains, pour employer fictivement les moins diplômés, et tenter ainsi de les disperser et museler. Tentative de l’efficacité d’un coup d’épée dans l’eau, promesses probablement pas tenues, mais suite logique de la négation du problème de l’autodétermination.

Cependant, l’édifice se craquelle inexorablement.
Le roi gesticule, trépigne et insulte ceux qui ne clonent pas sa version. L’Espagne, l’Europe, l’Algérie… à qui le tour ?

Le royaume méprise les Sahraouis, il lit le fonctionnement de leur société à la lumière des archaïsmes de son fonctionnement, selon des clichés du 17ème siècle.
Pour la tactique diviser pour mieux régner, il s’accroche au mirage d'un fonctionnement tribal. Tribus de sauvages probablement, menés par le bout du nez par les chefs, et non groupe muni d'un fonctionnement démocratique, qui ne peut contourner l'importance de la place des femmes sans qui rien ne se décide, et qui a su s'adapter à l'évolution du monde, protégé par la force de la lutte pour l’indépendance.
Si pour les besoins de la propagande les services royaux plagient les termes des résistants et de leur République Sahraouie, ils n'ont pas mesuré le formidable apprentissage que 35 ans d'exil avaient imposé aux Sahraouis, ni les retombées sur leurs familles vivant en territoires occupés.

Les uns sont aux ordres du roi, les autres aux ordres de leur liberté.
Dans l'armée marocaine, où se trouvent des recrus d'origine sahraouie, ceux-ci se rebellent et protestent. Dans les unités du sud du Maroc, Gulmim, Tantan, les sahraouis dénoncent les attaques violentes contre le campements de Gdem Izik, contre leurs familles.
La réponse dictatoriale c’est d’éloigner tous les soldats d'origine sahraouie à plus de 50 km du mur qu'ils gardent. Et pourtant, des journalistes affirment que des militaires de l’armée du Maroc ont récemment déserté, pour passer le mur et la frontière et rejoindre le Polisario.

Les sahraouis arrêtés ont été torturés, HRW rapporte le récit de ceux qui osent parler. Et à El Aaiun, chacun sait l’interdiction de montrer ses blessures par balle sous peine d’autres violences et tortures.
Les meurtrissures enfouies des années de terreur, quand chaque Sahraoui pouvait disparaître enlevé par la police et ne réapparaître pour certain que des années après où jamais, sont à fleur de peaux. Reviennent des photos que l’on avait cru disparues de corps blessés sans les visages, de peur…

Le roi doit agir…
En règne dictatorial, où les libertés ne sont que surveillées, résoudre un problème ne passe pas par la rhétorique. Quand éliminer le problème par la violence ne fonctionne pas, on tente de changer les paramètres, mais le problème reste. Et en l'occurrence la réalité qu’une brutale invasion, l'appropriation par la force de la terre des voisins n’est pas admissible, malgré toutes les colères et caprices pour convaincre du contraire.
Et le problème finalement c’est que ces voisins colonisés, les Sahraouis, entendent récupérer toute leur terre pour décider de son avenir, comme c'est justice.

Apso, 7 décembre 2010.
 

Attention, vidéo avec images de violence.

mardi 30 novembre 2010

Nouvelles attaques marocaines sur les Sahraouis, étudiants et chômeurs, 29/11/10

Comme en confirmation des préoccupations exprimées par la résolution importante mais finalement frileuse du Parlement Européen sur le Sahara Occidental, (votée le 25 novembre), les colons marocains, jeunes et adultes, assistés des forces de sécurités marocaines ont violemment attaqué des étudiants et chromeurs sahraouis à El Aaiun , Smara, et Dakhla dans les territoires occupés du Sahara Occidental.
Les faits qui se sont déroulés ce 29 novembre sont fondamentalement très graves et très préoccupants. La population marocaine, à l’image du gouvernement, semble croire qu’une démonstration de force et de violence sur la population sahraouie est la preuve de leur propriété sur le territoire.
Le Parlement Européen, comme l’ONU ne peuvent plus continuer à mettre sur le même plan le colonisé et le colonisateur, quand à l’évidence l’idée d’une solution du conflit « mutuellement acceptable » renforce le sentiment d’impunité du gouvernement marocain, et le pousse à soutenir les colons dans des actes de guerre civile.

El Aauin
Au matin du lundi 29 novembre 2010, à El Aaiun, des étudiants marocains du lycée Mohamed V, (à proximité de l’Hôtel Parador) et leurs parents ont manifesté à l’intérieur de l’enceinte de l’établissement scolaire. Ils brandissaient le drapeau marocain, et étaient armés de bâtons et de couteaux.
Ils criaient tous des slogans hostiles aux Sahraouis, racistes.
Dans le même temps, des Marocains ont attaqué des étudiants sahraouis.
13 jeunes ont été blessés, dont : Saadani Aalia, Zaara El Hallaqi, Baba Ahmed Ndour, Mahmoud Dahi, Abbahi Breika
Les jeunes sahraouis les plus gravement touchés ont été emmenés par leur familles à l’hôpital civil de El Aaiun.

Le même scénario s’est déroulé dans le collège Tenmia (le développement). Manifestation, drapeaux et bâtons, attaque des élèves sahraouis.
Le jeune Abdalahi Fueiras a été blessé à la tête, et conduit à l'hôpital

Selon des témoins, les policiers marocains présents sur les lieux ont regardé les attaques des colons sur les Sahraouis sans intervenir.

Smara
Lundi matin, des Marocains dont les étudiants de l’établissement scolaire secondaire Moulay Rachid, ont décidé de manifester en faveur du roi du Maroc, et du maintien de la colonisation du Sahara Occidental.
Divers corps des forces de sécurité marocaines accompagnaient la manifestation.
Les étudiants Sahraouis qui ne sont pas partis défiler étaient restés au lycée.
Sous les yeux de la police qui n’est pas intervenue, des jeunes marocains ont attaqué les jeunes filles sahraouies avec des bâtons et des couteaux, et en les insultant, puis ont attaqué la salle de classe dans laquelle les jeunes sahraouis ont essayé de se protéger et de se barricader.

Dans la violence de l’assaut, les vitres des salles de classes ont été cassées, les grilles de protection arrachées, et de nombreux étudiants sahraouis blessés.
Les parents de ces étudiants venus chercher leurs enfants pour les conduire à l’hôpital ont eux aussi été attaqués par les colons et la police marocaine.

Les 5 adultes blessés sont:
Fatma Al Adli, Conseillère municipale de la ville de Smara, Daoud Limam. père d’un étudiant, Mnaisir Abeidi. père d’un étudiant, Louara Najem Elkabech mère d’un étudiant, Abdelahi Chichaoui. Professeur dans l’établissement

Les 36 élèves blessés sont :
Lamaadal Saleh, Lafdil Ali, Hnini Yahdih, Mariem Zaouati, Atfarah Zabat, Siba Oulaya, Rabab Hamoudi, Doueya Laayel, Jadaya Yenhaoui, Ahmed El Ouaban, Halima Sidi Mohamed Boubakr, Labuehi Embarka, Suelika Brahim Hmaim, Barikalaa Nadif, Saiba Lahbib, Warda Mankour, Aicha Boualam, Aoubba Aicha, Ahmed Ailaa, Dlaimi Bouzaina, Yahia Graibis, Hnini Ahmed, Alhouria Ahmoudi, Babouzaid Elmehdi, Ahmed El Idrisi, Souelhi Lamaadal, Ahmed Basiri, Hamoudi Erguaibi, Aomar Boukanin, Labuehi Hamza, Hamza Bardali, Moustafa Zaigam, Lamira Albalek, Zahra Kazaz, Ali Lafdil, Mohamed Dada

Dakhla
Ce même lundi matin, un sit-in pacifique réunissait des Sahraouis diplômés-chômeurs, et chômeurs devant le bâtiment du gouvernement provincial.
Ils réclamaient le droit au travail et l’amélioration des conditions sociales des Sahraouis sur la base de leur droits à décision et bénéfice sur les ressources naturelles du territoire.

Les forces de sécurités, sous les ordres de Harith Harbi, ont violemment dispersé le groupe, à coup de matraques et de pieds, blessant onze personnes, qui sont : Mohamed Almoun Abdelahi, Mourad Embarek, Almadah Elaïdique, Said Mouissa, Nanah Chouna, Boukhari Abdellahi, Zraiwil Bachri, Mayara Ali, Salami Mayara, Cheikh Alali, Cheikh Hammie.

APSO, 30 novembre 2010.
Sources Apso Sahara, traductions Apso
Photo Trabna Smara, http://trabna.com/ السلطات المغربية تسلح ميلشيات من المستوطنين المغاربة للهجوم على التلاميذ الصحراويين

mardi 23 novembre 2010

Pour le royaume, les Sahraouis ne seront jamais marocains


Les campements de Gdem Izik, de leur implantation à leur destruction ont démontré une double logique et leurs incompatibilités.
Le Maroc et son système vertical était aux prises avec un système horizontal sahraoui qui mettait en défaut la violence totalitaire.

Le Corcas, imposé par dahir royal, ou les Chioukhs, maintien artificiel du système tribal comme référence, ces vieux notables interlocuteurs officiellement admis, ne servent que le décorum de la représentation que tente de donner le Maroc aux faux crédules internationaux.
Quand il a fallu prendre des décisions, le gouvernement marocain a fait pression, menacé les membres du Corcas, les Chioukhs, qui eux ont buté sur les discussions, les votes et prises de décisions collectives des sahraouis organisés dans le campements.
Les coordinateurs des campements de Gdem Izik avaient de même écouté poliment les promesses et menaces du ministre marocain et autres officiels, puis les avaient rapportés aux campements pour en discuter avec tous. Les photos des réunions montrent les mains levées des prises de décisions collectives.

Après avoir échoué dans sa tentative de dominer les Sahraouis, de « prendre leur cœur », le royaume du Maroc en dérive tente de résoudre le problème en provoquant une guerre des peuples, armant les colons marocains contre les Sahraouis.
Les combats du 8 novembre ont montré cette dissymétrie d’objectifs et d’idéologies. Les colons marocains ont attaqué les biens privés des Sahraouis, quand ceux-ci attaquaient les symboles de la monarchie et de l’occupation.

Les Sahraouis en territoires occupés ont fait chacun leurs choix. Certains sont persuadés du bon droit de leur revendication à l’autodétermination et de son caractère incontournable, d’autres sont sympathisants du gouvernement comme les Chioukhs, d’autres sont traîtres, engagés dans la police marocaine au point de pouvoir torturer les leurs, d’autres sont des ralliés.
D’autres encore n’ont eu d’autre choix que de s’exiler ou se cacher pour pouvoir échapper aux violences policières.
Les ralliés, dont le Maroc annonce régulièrement des nombres grandissant, sont sensés être des Sahraouis venant des campements de réfugiés et ayant renoncé à leur identité pour bénéficier d’une allocation minimale de survie, prix de leur allégeance. Parmi ceux, beaucoup de Mauritaniens très pauvres sont devenus Sahraouis par appât du gain.

Quand les Sahraouis sortaient des villes pour installer les campements, le 8 octobre, des ralliés manifestaient pour l’amélioration de leurs conditions. L’attaque par la police marocaine en avait laissés de nombreux blessés. Le 30 juin déjà le système s’effritait, et les ralliés revendiquaient que soient tenues les promesses du gouvernement, le prix que tous touchaient, mais qu’alors il n’était plus question de respecter. « Ils réclament pour chacun, une maison, la gratuité de l’eau et l’électricité à vie, un salaire de fonctionnaire et exigent des provisions et des produits alimentaires tous les quinze jours» rapportait la presse marocaine. Voir sur
Apso info
Un Sahraoui utile est celui qui accepte les manipulations, « mû par de bonnes intentions » selon le Corcas.

En vérité pour le Maroc, quand les masques tombent, tous les Sahraouis sont Sahraouis, quels que soient leurs uniformes, leur grade ou rôle ! On a pu lire que la maison du président du Corcas avait été attaquée par les colons marocains. Ralliés, sympathisants sahraouis ont été frappés, torturés, sont emprisonnés. Certains ralliés loin de leur familles ont disparu et l’on apprendra probablement que certains sont morts.

Les faits sont là. Un Sahraoui le restera toujours au regard du gouvernement marocain, être discriminé, proie du racisme ou de l’instrumentalisation. Devant l’évidence, certains Sahraouis qui soutenaient les thèses marocaines sur le Sahara, se sentent trahis. Ils ont vu et contredisent la version marocaine de l’attaque des campements et des sahraouis dans El Aaiun, comme le fait la Sahraouie député marocaine Gejmouna Ebbi.
Voir vidéo traduite ici.
Pour elle, depuis début octobre, puis après les violences marocaines à El Aaiun du 8 novembre, tous les sahraouis sont devenus suspects aux yeux du gouvernement marocain. Et l’acception « suspect » au Maroc est très proche de « coupable à torturer » ou pire.

Alors devant l’impasse du système Corcas, du système Chioukh, les Marocains mettent en scène pour la délégation américaine présente sur place une réunion (dimanche) au palais des congrès d’El Aaiun tentant encore une fois d’opposer vieux et jeunes Sahraouis, pour parler des problèmes rencontrés par la population sahraouie, comme si de rien n’était.

Et pourtant, une grande proportion de sahraouis étant soit cachés, soit disparus, soit emprisonnés la bouffonnerie tragi/comique va manquer de protagonistes…

Le Maroc va assurément devoir utiliser le roi comme deus ex machina et inventer une grâce de ce dernier pour dégorger les prisons de tous les Sahraouis qui viennent d’y être incarcérés sans jugements. Il faut encore une fois tenter de redonner de la crédibilité à la farce de la démocratie, ne serait-ce que pour la première dupe démagogique, la France.

Il est probable cependant que le divorce soit consommé entre tous les Sahraouis et le gouvernement marocain. Ils doivent être rares ceux qui croient encore à la bienveillance d’une autonomie des Sahraouis, du Sahara Occidental, sous le régime marocain.

Apso, 22 novembre 2010
d'autres photos : apsophotos

Note :
CORCAS : Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes
Chioukh : chef d’une tribu sahraouie. Fonction utilisée par les marocains, obsolète dans l’organisation des sahraouis se reconnaissant dans la RASD. (République Arabe Sahraouie Démocratique)

mercredi 17 novembre 2010

Du carnage du Sahara, l’ONU n’aura pas sa version propre

Une fois de plus la France s'est opposée à éclaircir une situation dans laquelle le peuple d'un Territoire Non Autonome - une colonie - est en détresse et grande souffrance.

La France, après l'attaque par les autorités marocaines du campement de tentes de Gdem izik, après les combats de rues dans El Aaiun, Smara et Dakhla au Sahara Occidental occupé, s'est opposée à l'envoi d'urgence d'une mission d'enquête de l'ONU pour établir les faits dramatiques de la semaine dernière et le bilan en pertes humaines.

Pourtant le Maroc, crie sur tous les toits que les Sahraouis, au lieu de se laisser massacrer en silence sans rien dire comme se doivent des civils face à l'armée, se sont défendus et ont tué des militaires. La France refuse donc aussi qu'une mission d'enquête indépendante soit envoyée pour faire la lumière sur la mort de recrues de l'armée de son grand ami le Maroc.

Probablement est-ce que la France sait que pour dix militaires morts quand ils ont attaqué les civils, la proportion de civils morts et son cortège d'ignominie, est exponentiellement écrasante.

Le Maroc donne ses chiffres, les prouve sûrement, et le Maroc détient les corps des Sahraouis morts pendant l'attaque et sous la torture les jours suivants, mais ne reconnaît que ceux qu'il ne peut nier.

La France se déshonore encore une fois pour masquer la culpabilité du Maroc et l'ampleur des faits et de l’ignorance internationale, y compris du département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, le France préfère le hiatus.

Après avoir entendu que la Minurso avait été interdite par les Marocains de constater ce qui se passait sur place, la France, membre permanent du conseil de sécurité, a menacé d'user de son droit de veto pour empêcher que soit établie une vérité Onusienne.
Les membres du conseil de sécurité permanents et non permanents - Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Japon, Ouganda, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Gabon, Liban, Nigéria - n’ont pas suivi la proposition du Mexique et l’enquête n’aura pas lieu. Le communiqué de presse de la résolution réaliste proposée par l’Ouganda ne sera pas envoyé. Il ne reste que les paroles de condamnation de la situation. Aucun acte.

Si ce n'est pas là une façon peu courageuse d'adopter la même position, avec une répartition des rôles bien orchestrée - la France méchante et les autres qui cèdent-, alors il faut laisser la France aller jusqu'à user de son veto.

Il ne doit pas y avoir de solidarité dans l'abjection. Que la France pose son veto, et déclare sa guerre aux Sahraouis, sans autres complices que le Maroc.

Les autres états membres sont dans le juste et le courage.

Mais maintenant devant l’impasse et l’urgence, l'Assemblée Générale des Nations Unies doit avoir quelque chose à dire sur ce qu’il advient des populations autochtones au Sahara Occidental du fait de l'occupation et de la violence Marocaine.

APSO, 17 novembre 2010
Photo EM, source Innercitypress, UN

jeudi 11 novembre 2010

Des banques françaises en accusation au Sahara Occidental

Début octobre, les sahraouis sont sortis des villes de leur pays occupés, où ils sont surveillés, discriminés, torturés ou emprisonnés abusivement, pour s'installer dans des campements de tentes dans le désert, et cela malgré les violences marocaines qui ont tenté de l'empêcher.

Les sahraouis excédés, protestaient contre les éternelles promesses jamais tenues du gouvernement marocain, de l'amélioration de leur situation.
Les réflexions menées avec l'esprit libéré de l'oppression, sous le tissu de la tente, le soleil, les étoiles, et malgré les ballets hostiles et incessant des hélicoptères de la surveillance marocaine, ont abouti logiquement à considérer la cause originelle du problème et les raisons de sa persistance.
Le Sahara Occidental est la dernière colonie d'Afrique, et son colonisateur ne respecte pas ses engagements devant la communauté internationale. La décolonisation non aboutie est la cause primordiale de toutes les exactions commises sur les sahraouis, peuple en trop sur son territoire. Les entreprises qui commercent avec le Maroc soutiennent directement la violence, le maintien dans le territoire des milliers de policiers, militaires, forces auxiliaires et mouchards, et l’importation massive de colons.

Après savoir tenté de les assoiffer et affamer, les autorités marocaines ont ordonné la destruction des campements, et les ont attaqués violemment le 8 novembre. Ils ont attaqué des civils, femmes, et enfants. Ils ont bloqué et attaqué leurs familles qui tentaient de les rejoindre pour leur venir en aide. Ils ont tué, arrêté, torturé...

Dans les émeutes et les combats qui ont suivi, les Sahraouis ont tenté de repousser les forces répressives et attaqué les symboles du gouvernement, de son pillage des ressources naturelles du territoire et ses complices. Et notamment les banques. Certaines ont été dévastées, d'autres incendiées comme la banque populaire.

D'autres banques à sonorités bien françaises sont installées à El Aaiun, pour une ou plusieurs agences.
Sur leurs sites, la banque populaire, la société générale, le crédit agricole développent chacune les conceptions honorables de leur éthique, de leur responsabilité sociale d’entreprise, et assurent leurs clients de leur grande propreté. Ces banques sont pourtant installées dans un territoire occupé, et ont par conséquent des accords avec un occupant, et soutiennent ainsi la situation de guerre...

En s'attaquant aux banques présentes dans ce Territoire Non Autonome, les Sahraouis en attente de la mise en place du légitime référendum qui est leur droit les accusent directement d'être complices de leurs souffrances, et de la souffrance du peuple sahraoui, qu'il soit exilé ou réfugié.
Ils sont légitimement en droit de demander des comptes aux organismes financiers Français, et nous aussi, ces banques à qui nous confions notre argent, et dont nous ne voulons pas qu’il serve à financer la mort et la destruction.

APSO, le 11 novembre 2010

mercredi 10 novembre 2010

L'oued Saguia el Hamra, Rivière rouge de sang

Il n’existe pas de métaphore pour le régime démocratique marocain admiré par M Kouchner, suite aux violentes répressions des manifestations pacifiques sahraouies par les autorités marocaines et la destruction d'un camp de protestation pacifique de 7000 tentes.

Il n'existe pas de métaphore.
Réduire au silence les sahraouis veut dire les enlever, les torturer, les humilier.
Réduire au silence les Sahraouis, hommes femmes enfants, veut dire les tuer.

Les paroles de M Kouchner le rendent complice des assassinats de femmes et d'enfants sahraouis de ces derniers jours.
La démocratie marocaine assassine à huit clos, les journalistes et les observateurs sont interdits d'entrer au Sahara Occidental occupé.

La cruauté, la violence déchaînée et bestiale des autorités marocaines sur les sahraouis c'était hier et avant hier, et ça continue.
Des Sahraouis sont morts, morts violentes, coups et balles : 11 annoncés par le ministère de l'information de la République Sahraouie, puis 8 corps découverts prés de la rivière Saguia el Hamra et dans la ville. 18 corps de femmes. 25 corps découverts dans un trou prés des campements détruits...
Et 723 sont blessés, 163 arrêtés et 159 portés disparus.

La France hypocrite dénonce la violence et salue ce progrès démocratique.
La France hypocrite interdit à l'ONU de surveiller les atteintes aux droits de l'homme au Sahara occupé et de protéger les civils, violentés depuis 35 ans.
La France hypocrite valide les transferts des fonds par millions d'euros de l'Europe au Maroc, pour son bon voisinage, son accord de pêche, son statut avancé...
La France hypocrite attend que le colonisé se mette d'accord avec son agresseur.
La France hypocrite et médiocre soutient une solution politique d"autonomie" du peuple, solution impossible au regard du droit international, et qui veut dire abandonner ainsi le peuple Sahraoui à l'extermination programmée par son colonisateur.

La France fière doit agir en urgence pour assurer la protection du peuple Sahraoui et son indépendance sur sa terre.

APSO, 10 novembre 2010

La destruction du camps

mardi 9 novembre 2010

El Aaiun cherche ses morts et continue à prendre des coups

À El Aaiun au Sahara Occidental occupé, le bilan provisoire donné par le ministère sahraoui de l’information est de 11 morts, 723 blessés et 159 disparus.

Après les spectaculaires déploiements de force et de violence de la journée d’hier 8 novembre, les forces coloniales marocaines pratiquent actuellement une autre forme de violence et de répression.

Hier, les campements de la résistance où se trouvaient essentiellement des femmes enfants et vieillards ont été attaqués et détruits. Dans El Aaiun, les sahraouis qui voulaient aller secourir leurs familles ont été arrêtés et violement attaqués quand ils ont commencé à protester. Les combats inégaux entre civils sahraouis et militaires marocains lourdement armés ont duré jusqu’au soir.
Quand les sahraouis s’en sont pris aux symboles du colonisateur, drapeaux, pompiers, banque, télévision, radio, locaux administratifs, les colons marocains, appuyés par l’armée et le police ont attaqué et détruit les biens personnels des Sahraouis, maisons autos...

Aujourd’hui dans les quartiers Colomina Nueva, Zemla, et dans d’autres quartiers, des policiers marocains cagoulés et fortement armés pénètrent dans les maisons sahraouies, une par une, et enlèvent les jeunes hommes, sans préciser à la famille vers où ils sont conduits ni la raison pour laquelle ils sont enlevés. Les policiers marocains laissent certaines maisons en feu comme celle de Slaima Gachbar.

La ville est bloquée et les déplacements sont interdits. En dehors de cette atteinte à la liberté de mouvement, quand tout le monde pleure les morts, cherche les siens et soigne ses blessures, l’impossibilité d’accéder aux pharmacies est un gros problème.
C’est un problème aussi pour les familles sahraouies qui ont trouvé des bébés dans les restes détruits des campements de la résistance après l’intervention violente de l’armée marocaine, et qui ne peuvent aller acheter du lait et des biberons.

Ce matin, les cadavres de 4 Sahraouis ont été trouvés dans la rivière Saguia El Hamra. 2 ont été tués par balle, l’autre écrasé par une voiture. Le 4ème est le corps d’un enfant de 7 ans.

Dans la ville où fument encore les carcasses des voitures des familles sahraouies, détruites et incendiées par les colons marocains, où chacun redoute de nouvelles violences et l’indifférence du monde entier, la victime devient le coupable, et le gouvernement marocain continue ses actes de guerre en tout impunité.

A Dakhla occupée aussi
A Dakhla, hier et aujourd’hui, dans les quartier Ksaikisat et Oum Tounsi les sahraouis armés des drapeaux de la République Sahraouie ont manifesté pacifiquement leur soutien et leur protestation après la destruction du campement de Gdeym Izik. La répression marocaine a été démesurément violente. Les policiers en civils sont entrés de forces dans les maisons sahraouies pour interdire toute circulation.
La ville est actuellement encore quadrillée par les forces sécuritaires marocaines, toute circulation est interdite et les commerces sont fermés.
Les Sahraouis suivant ont été torturés : Baddi Bouailla, Beirouk Bouailla, Ahmed Brahim Khalil, Nafai Bouailla, Bachir Amaifi, Lahsen Mazighi, Fadel Zain, Ahmed Beilouih, Ahmed Lamsima.
Les militants de l’association sahraouie contre la torture section Dakhla, sont constamment suivis, insultés, harcelés et menacés : Meska Ahmed zain, Atik Arai, Mohamed Yahdih Hbette, Ahmed Makki.

APSO, 9 novembre 2010
Sources : APSO Sahara

lundi 8 novembre 2010

El Aaiun occupée est en feu au Sahara Occidental

La situation à El Aaiun au Sahara Occidental occupé est actuellement très grave, et ressemble à une guerre civile.

Les « campements de l’indépendance »
Les campements sahraouis de la protestation ont été violement attaqués par les forces militaires marocaines, attaque déclenchée à 5h45 ce matin. Alors que les gens dormaient.
Les régiments militaires étaient appuyés par les canons à eaux, des jets de bombes lacrymogènes, les hélicoptères. Les communications téléphoniques semblent coupées. Il est impossible d’avoir d’information sur les affrontements qui s’y déroulent entre l’armée marocaine et les manifestants pacifiques qui tentaient de protéger les femmes et enfants et d’empêcher la destruction des leurs tentes. Photo Vidéo : http://apsoinfo.blogspot.com/2010/11/les-campements-detruits.html

Dans El Aaiun
Dans la ville d’El Aaiun, les sahraouis qui ont essayé de rejoindre les campements pour aider leurs familles, manifestent depuis hier en protestation contre les provocations militaires marocaine, et la violence et le blocus imposé à la ville.

Les autorités marocaines ont opposé la violence à ses manifestations et il y a depuis ce matin des combats entre les militaires marocains et les civils sahraouis dans le quartier de Laachicha, à Raha, Matala et avenue Smara. Ces quartiers/arrondissements sont les accès vers les campements qui sont toujours bloqués. Les drapeaux de la RASD sont visibles partout.

Vers l’aéroport, des militaires et policiers marocains sont entrés dans les maisons sahraouies et ont tout détruit. Des véhicules ont été incendiés dans les rues.

Des femmes ont disparu. La violence policière marocaine est effective sur les hommes femmes et enfants. Il y a de très nombreux blessés sahraouis. Ceux qui cherchent les membres de leurs familles craignent qu’il y ait des morts.
D’autres sources affirment qu’il faut déplorer la mort de 80 soldats marocains et 4 sahraouis. Certains noms et photos circulent sans que cela ait été confirmé. (Il est plus probable que ce soit 80 soldats blessés)

De nombreuses fumées d’incendies sont visibles à Elaiun. Des banques, la poste, l’office des ressources naturelles et l'académie d'éducation auraient été brûlés.

Dans les combats, les sahraouis ont pris 4 Toyota militaires, et de nombreux équipements et armes. Selon certains, les combats auraient permis la libération de la moitié de El Aaiun.
Les civils marocains armés de couteaux et les militaires marocains attaquent actuellement le quartier sahraoui de Maatala.

La confusion est grande et chaque instant les informations arrivent de nouveaux affrontements ou de nouvelles violences.
http://apsoinfo.blogspot.com/2010/11/la-resistance-soppose-violemment-la.html
http://apsoinfo.blogspot.com/2010/11/el-aaiun-sahara-occidental-81110-images.html
Photos : http://apsophotos.blogspot.com/2010/11/el-aaiun-en-feu-81110.html

Manifestations à Smara
Les sahraouis de la ville occupée de Smara manifestent actuellement avec les drapeaux sahraouis, en solidarité avec Elaiun et pour protester contre l’attaque menée contre les campements.

APSO, le 8 novembre 2010.
Sources : intifadademay, APSO Sahara

dimanche 7 novembre 2010

Sahara Occidental, après les promesses, les violences marocaines

Comme cela était à craindre, et moins de 24 heures après le discours du roi du Maroc, les autorités marocaines ont annoncé une grande intervention militaire contre les milliers de personnes déplacées dans le camp sahraoui, de Gdeym Izik.

Dans la ville de El-Aaiun occupée, suite aux nouvelles provenant des Camps, de l’encerclement, et la multiplication de la présence militaire, des manifestations ont éclaté dans plusieurs quartiers de la villes. Les revendications étaient politiques. Dans le quartier de l'aéroport, quartier de Ma'atala les forces d'occupation sont intervenues violement, blessant de nombreuses personnes.

Cette répression des forces policières et militaires marocaines n'a pas empêché plus de mille citoyens sahraouis d’organiser un convoi de plus de trois cents véhicules qui visait à briser le blocus imposé aux campements.
Les forces d'occupation qui étaient présentes en abondance au premier point de contrôle à l'est de la ville sont intervenues par la force, utilisant des gaz lacrymogènes, des balles réelles et des canons à eau.

Ce matin, un important contingent de la police et des forces auxiliaires s’est déployé dans la ville. Ils portent des protecteurs de plomb et certains d'entre eux sont armés de fusils.

Dans l’après-midi, trois patrouilles de la police marocaine ont pris d'assaut la maison de militant des droits de l'homme Hassana Duihi et ont attaqué son épouse Mina Aba'ali aui qui a été blessée à la main.

Les autorités marocaines ont coupé toutes les communications, et pas seulement en direction du campement, mais aussi dans la ville de El-Aaiun occupée pour tenter de l’isoler du monde extérieur, comme si les troupes constamment présentes dans la ville n’étaient pas suffisantes pour établir le contrôle par le colonisateur de la ville de El-Aaiun .

La route menant à la ville du côté nord est embouteillée de véhicules.

Une cinquantaine de camions équipés de canons à eau, que l’on dit avoir été offert par le gouvernement français est arrivée dernièrement à El Aaiun.

A environ 20h30 une force composée de dizaines d’agent de la sécurité en uniforme et civils se sont introduits de force dans la maison du militant des droits de l'homme Mohamed Salmani ( Naser) et enlevé Mr Ennama Asfari après l’avoir battu et lui avoir fait une injection d’un produit inconnu.

Les affrontements et les manifestations se poursuivent dans les rues Askekemp de Ras Al khaimah, Tan-Tan, Boukraa l'aéroport de Pudong, Texas, le long de la rue Smara, en particulier dans la jonction avec Tan Tan et rue Aldoirat, rue de l’espérance. Dans chaque lieu les affrontements ont été violents entre les citoyens Sahraouis et les forces d'occupation.

D'autre part, les autorités coloniales ont empéché des délégations étrangères d'entrer dans la ville occupée de El Aaiun, et notamment des membres du Parlement européen, Willy Meyer, qui était accompagné par trois journalistes Espagnols.
Ils n’ont pas pu débarquer de l'avion qui les avait amené à El Aaiun.
Des femmes soldats marocaines et des dizaines de colons habillés des habits traditionnels sahrouis brandissaient des drapeaux marocains devant l’aéroport.
Les autorités d'occupation marocaine ont d’autre part interdit à des journalistes Italiens d’entrer dans la ville sans donner de justification à l'interdiction. Paulo Thomasson, David Lombardi et Stefania Ceptsate.

Le citoyen sahraoui Toubali Abdallahi, membre du Comité de coordination du Camp de l’indépendance a été violement frappé par les militaires marocains et se trouve à l'hôpital militaire.

7 novembre 2010, Emsoo.
Traduction et ajouts APSO
Sources emsoo, apso Sahara, intifadademay


Ajouts :
Aux forces militaires sur places, s’ajoutent 8 bus et 25 Toyota récemment arrivés à El Aaiun.
Les 2 RIM et 6 RIM sont arrivés à El Aaiun et se cachent vers Lemsiad

Les manifestations ont lieu dans les quartiers Maatala, Raha et Laoda où les drapeaux de la Rasd sont bien visibles

Les colons marocains qui ont agressé les manifestants sahraouis étaient soutenus par les policiers.

Les sahraouis de l'Inaach, Maatala et avenue de Smara se sont réunis en une caravane qui se dirige vers les campements de gdaym izik

Les sahraouis ont lancé des cocktails Molotov.

Non confirmé
Les sahraouis ont mis le feu à la Wafabank de l'avenue de Smara

jeudi 4 novembre 2010

Campements sahraouis et gestion de crise façon Maroc : promesse de violence

La gestion de la « crise » provoquée par la sortie de la ville de El Aaiun de milliers de Sahraouis vers les campements de la protestation entraine des manœuvres désordonnées des autorités marocaines. Certaines paroles et des actes sont très inquiétants dans la préméditation de violence qu’ils semblent indiquer.

Mercredi 3 novembre 2010 au matin, Khalihanha ould Rachid, président du CORCAS, a convoqué des notables et chioukh sahraouis à la willaya de El Aaiun occupée, en présence de Omar Hadrami et de représentants du ministère marocain de l’intérieur, à propos des campements de la résistance.

Le Corcas comme les notables ou chioukhs sont les représentants sahraouis agréés par le Maroc, ils ont donc accepté la colonisation. Aucun membre représentant la coordination des camps n’étaient présent.

Khalihanha ould Rachid a rendu les notables et chioukhs responsables de la situation, disant qu’ils ne montraient pas leur fidélité au régime et n’assumaient pas leurs responsabilités. Il les a menacés en leur disant que c’était à eux de résoudre le problème puisqu’ils représentent les Sahraouis.
Un très vieil homme a répondu par la négative. « Ils (les gens des campements) veulent le respect de leurs droits et nous n’avons rien à leur donner. Toi tu prétends parler au nom du roi, alors tu peux aller là-bas et résoudre le problème. Tu leur donnes ce qu’ils veulent. Nous on est des pauvres et nos propres enfants ne nous écoutent pas. »

Selon le président du Corcas, personne ne peut menacer le gouvernement, et si cela arrive, le gouvernement va couper la main qui ose défier le Mekhzen. Il a d’autre part indiqué que la réunion était organisée au nom du roi, et il aposé l’ultimatum du démantèlement des camps avant samedi (6 novembre). Dans le cas contraire, il a déclaré que le mekhzen le ferait par la force.

Le Wali est intervenu dans la réunion pour calmer les échanges qui se répétaient de la sorte entre menaces et réponses d’impuissance, en proposant de poursuivre la réunion le soir. Mais cela n’a pas eu lieu. Il reste de la réunion l’ultimatum et la promesse faite au nom du gouvernement du recours à la force.

Le ministre de l’intérieur était présent le soir, (du 3 novembre), pour un diner avec les notables sahraouis, sans que rien d’officiel n’ait été rapporté. Il semble que ces notables n’avaient pas eu connaissance du contenu de la réunion du matin.

Ce même ministre avait après sa première visite à El Aaiun, convoqué tout les députés sahraouis. Il leur avait intimé avec force l’ordre de résoudre ce problème, celui de l’exode massif, puisqu’ils représentaient la population sahraouie, ajoutant que leur présence continue à Rabat n’avait pas d’utilité.

Il semblerait que la manœuvre ait été reproduite à El Aaiun. Les notables de chaque tribu se sont réunis.
Selon les informations recueillies, les membres de la tribu des Rguaibat étaient dans la maison de Hamdi ould Rachid. Celui-ci a appelé avec colère chacun à assumer ses responsabilités. Il exigeait que chaque chioukh aille dans les campements pour parler avec les exilés volontaires et les convaincre de revenir à El Aaiun et de se repentir. De la même façon les anciens ont répété qu’ils n’avaient aucune autorité sur leurs fils et cousins.

Cet après midi, jeudi 4 novembre, les représentants des campements étaient en réunion avec le ministre de l’intérieur. Malgré la promesse de l’attribution d’un emploi à tous les sahraouis présents dans les campements de la protestation en échange de la dissolution des campements, il ne semble pas que cela ait eu de retombées conformes à la demande marocaine.

D’autres sources ont indiqué que plus de 100 ambulances sont venus à El Aaiun la nuit dernière. Sans que cette information ait été confirmée, ce qui ressemble à une rumeur atteste de l’état de tension régnant dans la ville. La diffusion de fausses informations par les marocains augmente la tension et semble confirmer que les Marocains projettent d'utiliser la violence contre les Sahraouis des camps de Gdam Izik.

La violence a dors et déjà été utilisée à Tarfaya contre une cinquantaine de sahraouis qui sont sortis de la ville pour planter la tente. 7 sahraouis ont été arrêtés et 5 ont été blessés.

APSO, le 4 novembre 2010.
Sources APSO Sahara, observatoire des droits de l’homme (TO), EM

Note :
CORCAS : Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes
Omar Hadrami, ancien du polisario, est un « sahraoui de sa majesté le roi du Maroc» (www.bakchich.info/Les-Sahraouis-de-Sa-Majeste-le-roi,00086.html)
Chioukh : chef d’une tribu sahraouie. Fonction utilisée par les marocains, obsolète dans l’organisation des sahraouis se reconnaissant dans la RASD. (République Arabe Sahraouie Démocratique)

vendredi 29 octobre 2010

Et si nous suivions l’exemple des Sahraouis ?

Et si en France au lieu de défiler dans les rues, nous faisions comme les Sahraouis ?

Face au roi du Maroc, grand ami de Sarkozy, ils sont sortis par milliers des villes du Sahara Occidental occupé et se sont installés dans le désert pour protester contre la colonisation qui depuis 35 ans les spolie, les opprime et les méprise.

Et si nous plantions la tente dans la rue ? Sur les places publiques ? Sur et sous la tour Eiffel ? Partout ?

Possible que la police nous encerclerait, possible qu’elle empêcherait par la force que l’on nous apporte de l’eau du ravitaillement et des médicaments, peut être que des policiers nous infiltreraient, peut être que l’armée construirait des murs autour de nous, et que des hélicoptères nous survoleraient nuit et jour pour nous maintenir dans un inconfortable qui-vive ?

Peut-être que la France copierait le tortionnaire royal dont elle est l’alliée…
Mais ce qui s’est passé à Lyon ou ailleurs contre des jeunes manifestants, est-ce si loin de ça ?

Alors il ne manque que les tentes, qui marqueraient une innovation, en plus de notre rejet de ce gouvernement qui nous méprise aussi, nous et notre démocratie.

Et ces campements partout en France marqueraient aussi notre soutien solidaire aux Sahraouis, que par notre ignorance complice nous avons oublié depuis plus de 30 ans, et laissé aux mains hypocrites d’intérêts commerciaux, oubliant nos valeurs de solidarité et notre fier attachement aux droits de l’homme.

Espérons qu’il n’y aurait pas néanmoins, comme au Sahara Occidental, à déplorer la mort d’un enfant, assassiné par les militaires marocains, et scandaleusement enterré en cachette, sans sa famille…

APSO, 29 octobre 2010
           

lundi 25 octobre 2010

Assassinat d’un enfant sahraoui, le prix de la paix ?

Hier 24 octobre, la gendarmerie royale marocaine a ouvert le feu sur une voiture 4x4 Nissan pick up de civils sahraouis qui tentaient de rejoindre les campements des exilés sahraouis, à 25 km de El Aaiun pour apporter de l'eau et de la nourriture.

Elgarhi Nayem Foidal Mohamed Sueid, un enfant de 14 ans a été tué, 7 autres personnes sont blessées et ont été transportées à l'hôpital militaire de El Aaiun, et placées sous haute surveillance. Elgarhi Zubeir (frère de l'enfant mort), Alaoui Lagdaf, Alaoui Salek, Dawdi Ahmed, Mohamed Hamoudi Rueimi, Hmeidi Edaf, Hemdaiti Abay Ahmed Hammadi. Ils ont été blessés par balle.

Depuis 1975, le Sahara Occidental est occupé par la force par le Maroc qui en est le colonisateur, en pille les ressources naturelles et refuse d'appliquer le droit international des peuples colonisés à leur autodétermination. Depuis cette date, les sahraouis vivent réfugiés en exil dans les campements proches de Tindouf avec leur république, ou sous la discrimination ou les violences de l'occupation.

Depuis 1991, la mission de l'ONU, la MINURSO est sur place pour : surveiller le cessez-le-feu, vérifier la réduction des troupes marocaines sur le territoire, (…), veiller à la libération de tous les prisonniers et détenus politiques sahraouis, (…), exécuter le programme de retour des réfugiés (Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés), (…), organiser un référendum libre et équitable et en proclamer les résultats.

Depuis 20 ans bientôt, cette mission de l'ONU, dépourvue du mandat de surveillance des droits de l'homme du fait des pressions de la France, et des pays détenteurs du droit de veto au conseil de sécurité, assiste tous les jours aux exactions faites sur les Sahraouis par les autorités marocaines.
Depuis début octobre 2010, pour protester, pour résister, pour se libérer de l'oppression, les sahraouis des villes occupées du Sahara Occidental sortent vers le désert pour s'installer sous la tente. Les premières tentatives en juillet avaient été brutalement réprimées par les autorités marocaines. Cette fois ce sont plus 4000 tentes qui sont maintenant plantées vers El Aaiun. Les effectifs militaires marocains sur place sont disproportionnés. Les forces sécuritaires royales dressent des barrages et donnent la chassent aux sahraouis qui veulent rejoindre les campements, interdisent les approvisionnements en eau et nourriture.

La première revendication des exilés volontaires était simple. Ils avaient dit aux autorités locales marocaines, Wali et Chioukh, qu’ils voulaient la moitié des toutes les ressources naturelles tirées de leur terres. « Nous voulons la moitié », « Celui qui prend une sardine nous en donne la moitié, pareil pour le phosphate, le sable, le sel… », « Nous sommes nés ici, nous sommes Sahraouis, et nous vivons comme des miséreux, alors que les Marocains qui viennent ont tous les avantages et le travail… »
La réponse dans la provocation militaire marocaine avait fait évoluer les revendications. Comment faire confiance à un gouvernement qui méprise le respect du droit national comme international, qui méprise la démocratie ? C’est donc la revendication primordiale pour leur autodétermination et leur indépendance qui est maintenant celle des Sahraouis exilés sur leurs propres terres.

Cette revendication est l’objet de la mission de l’ONU sur place, et que font les casques bleus ?
Ont-ils pu approcher des campements ? Sont-ils sortis de leur hôtel entouré de l’ostensible drapeau rouge marocain ? Que peuvent-ils faire sans le mandat clair de protection des civils sahraouis ?
Que va faire Christopher Ross, envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour la décolonisation du Sahara Occidental, et en visite au Maroc. Il avait en juin adressé au groupe des amis son constat de l’absence de réelles pressions faites sur le Maroc pour qu’il respecte la bonne foi nécessaire aux négociations.

Comment le Maroc, et la France parmi les 5 amis au Conseil de Sécurité, vont-ils assumer leur responsabilité de la mort de cet enfant ? Combien vont-ils en supporter avant d’assumer leurs responsabilités et cesser d'entraver les efforts d'une solution pacifique du conflit ?

APSO, 25 octobre 2010.

samedi 23 octobre 2010

Campements sahraouis de la résistance, pacifisme contre violence

Les campements de sahraouis exilés, de 20 à 30 tentes et installés en dehors des villes de Boujdour et Smara occupées ont été violemment dispersés par des interventions répétées de la gendarmerie marocaine.
Le campement d’une quarantaine de tentes installé prés du Port de El Aaiun résiste, mais les sahraouis sont empêchés de le rejoindre.

Les campements situés à 25 kilomètres de El Aaiun (territoires occupés du Sahara Occidental) sont organisés très efficacement par les jeunes sahraouis.
Selon un recensement fait le 19 octobre, 2200 tentes étaient plantées. Des familles et des jeunes arrivent tous les jours et toutes les nuits malgré les barrages de la gendarmerie. L’estimation aujourd’hui est de plus de 4000 tentes.

Les violentes attaques des forces de sécurités marocaines sont régulières contre les Sahraouis qui veulent accéder aux campements pour apporter l’eau les ravitaillements, ou conduire de nouveaux exilés. Les attaques à coup de pierre contre les voitures, des interpellations et enlèvements pour tabassages, les tirs à balles réelles, ont fait une quarantaine de blessés hier, dont des femmes des enfants et des vieillards.
Cela n’empêchent pas les sahraouis de recommencer dès qu’ils le peuvent par une autre piste, et parfois après s’être organisés en convoi. Voir les photos et les vidéos. http://apsophotos.blogspot.com  http://apsoinfo.blogspot.com/2010/10/les-exiles-sahraouis-sur-leurs-terres.html

Le comité d’organisation des camps, composés de jeunes sahraouis pour beaucoup diplômés chômeurs, comporte un groupe de protection qui veille sur les campements 24h sur 24, un groupe d’information et d’organisation des concertations, un groupe attaché à l’organisation de le distribution de l’eau.
Il manque sur place du personnel de santé. Il n’y a en effet pas de jeunes sahraouis médecins à El Aaiun.

Les démonstrations et provocations des forces marocaines, les camions de militaires, les barrières qui cernent les camps, hélicoptères, avions, engins de démolition en tout genre les violences démentent les propos du ministre marocains de l’information. Celui-ci a déclaré à propos des campements qu’ils étaient l'expression de revendications socio-économiques normales, et ajouté : "nous appuyons les revendications légitimes". http://www.map.ma/fr/sections/accueil/m._naciri___le_dress/view

Après une rencontre du comité d’organisation des campements avec les autorités marocaines, il ressort que les revendications des sahraouis qui ont ainsi choisi de s’exiler sur leur propre terre en dehors de leur ville occupée ne sont pas, ou plus, d’ordre socio-économiques. À l’exigence des autorités d’un recensement exact des campements et de l’identification précise des participants pouvant prétendre à un emploi ou autre avantage, les sahraouis exilés ont déclaré qu’ils revendiquaient l’application du droit international à l’autodétermination de leur peuple sur sa terre et ses ressources naturelles, et pas autre chose. Il serait bon en effet que le Maroc respecte ses engagements devant la communauté internationale et appuie les revendications sahraouies par la mise en place du referendum d’autodétermination comportant les choix rattachement ou indépendance.

La stratégie marocaine habituelle consistant à casser les mouvements de revendication par des promesses semble avoir fait long feu. D’autant qu’à bien les examiner, ces promesses d’emploi ou autres jamais tenues, coûtaient cher à la population sahraouie qui devaient fournir à chaque fois les photocopies de ses diplômes et identité dûment légalisées (contre paiement auprès des autorités marocaines…).

APSO, 23 octobre 2010.